Caractérisation de l'aptitude à l'emboutissage

3. Courbes limite de formage

Lors de l'emboutissage, les éléments de tôle subissent une déformation que l'on peut matérialiser à l'aide d'un réseau de cercles tracés au préalable sur le flan; les dimensions des ellipses résultantes permettent d'estimer les déformations dans le plan de la tôle ε1 et ε2 ( ε1 > ε2) dont on peut déduire, du fait de l'incompressibilité du matériau (pas de variation de volume), la déformation à travers l'épaisseur associée vaut ε3 = – (ε1 + ε2) ;

On détermine les valeurs des déformations des zones de rupture qui, reportées sur un diagramme (ε1 , ε2), se situent au voisinage d'une courbe assez peu dépendante de la nature de la tôle ;

Notant que le point de cette courbe le plus proche de l'origine correspond à la déformation plane (ε2 = 0)

Les déformations atteintes dans les zones d'apparition de la striction (précédant la localisation de la déformation et la rupture) se situent au voisinage d'une courbe plus ou moins proche de la courbe de rupture selon la nature du matériau (écrouissage coefficient n et anisotropie coefficient r ).

PrécédentPrécédentSuivantSuivant
AccueilAccueilImprimerImprimerRéalisé avec Scenari (nouvelle fenêtre)